Les 7 eglises de Parleboscq


Au bout du bout, à l'extrémité est du département, aux confins de l’Armagnac landais,  la commune de Parleboscq, survivance d'une ancienne vicomté, est une enclave landaise du pays de Gabardan dans le département du Gers.

Née de la réunion des sept paroisses « en un même tènement » du  fief puis marquisat de La Caze (Cf. château de Lacaze), et rattachée aux Landes sous Napoléon III (Cf. Louis Adhémar de Guilloutet), cette commune, sans véritable bourg, a ainsi la particularité de conserver sept églises, bien que certaines soient aujourd’hui à  l'abandon et à l’état de ruines.


Pour les découvrir, il faut naviguer dans le labyrinthe des petites routes serpentant dans la campagne, en essayant de suivre les indications des petits panneaux orientant vers chaque hameau.

bocage du Parleboscq

Église de Saint-Cricq

Située un peu à l’écart sur une motte à l’ouest du hameau de Saint-Cricq, cette église, paroissiale, est la plus monumentale.  Il est vrai que Saint-Cricq, fut le chef-lieu du marquisat de Lacaze au XVIIIe siècle.
Bâties en pierre enduite, les parties les plus anciennes que sont le chœur à pans et le mur nord de la nef, datent probablement du XIIIe siècle. Mais l'édifice a subi d'importants remaniements et adjonctions dans le courant du XVIe siècle, époque à laquelle fut  rajouté un robuste clocher tour flanqué d'une tourelle d'escalier octogonale.
L’entré s’y fait par un grand portail monumental flamboyant au décor d'inspiration Renaissance. Un second portail à simple voussure cintrée à moulures prismatiques a été muré. La totalité de l'édifice est raidie par d'épais contreforts talutés.
Elle est inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques et restaurée


_____________________________________

Église Saint-Martin d'Espéroux


Au nord de la commune et proche d’Escalans, cette église se trouve sur une petite butte au milieu des champs. Construite au XIIIe siècle, rebâtie au XIVe, restaurée et voûtée au XVIe siècle, elle conserve de belles clés de voûte.   
La nef s’achève par un puissant clocher-mur très aigu. Le plan simple est surtout remarquable par l'ampleur du chevet et la relative largeur de la nef, l'ensemble se trouvant épaulé par de nombreux contreforts.
Un pittoresque porche ouvert en appentis et le bâtiment à colombages et torchis de l’angle nord-ouest, contenant l'escalier d'accès au clocher mur, datent du début du XIXe siècle.

_____________________________________

Église Saint-André de Bouau



A l’est de la commune, également isolée sur les hauteurs dominant la vallée de la Gélise c’est un imposant  édifice en brique du XIVe ou XVe siècle, agrémenté d’une élégante tour clocher à soubassement carré et niveaux supérieurs à sept pans

S’y remarquent un portail gothique flamboyant du XVIe s et deux pittoresques petits bâtiments en pans de bois et torchis du XIXe siècle qui encadrent le portail du cimetière. Actuellement fermée en raison de son état de fragilité.




_______________________________________



Église Notre-Dame de Mauras


Perdue au fond de la vallée de la Gélise, en bordure sud-est de la commune, cette église, constituée d'une nef unique à deux travées et d'un chevet polygonal, a été édifiée en brique au XIVe siècle puis  remaniée aux XVe et XVIe siècles.
Une grosse tour clocher formant porche au rez-de-chaussée mais inachevée fut complétée plus tard par un pignon percé d'une baie campanaire, et, sur le flanc nord de la nef, par une tourelle d'escalier qui lui fut accolée à l'ouest.
 Bien que restaurée à la fin du XIXe siècle, l’effondrement de sa toiture, son isolement ( la moins facile à trouver) et son abandon, font qu’elle est   aujourd’hui  à l’état de ruine malgré quelques réparations ponctuelles.
____________________________________

Église de Sarran



Située en contrebas de la route départementale 36 qui mène à Castelnau d’Auzan, elle date des XIIIe et  XIVe siècle et figure à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Elle est dotée d'une tour hexagonale au toit pointu du XVIe siècle.
________________________________

Église Saint-Michel de Laballe


Au sud, près du château du même nom qui se trouve sur la départementale 37, cette église en brique enduite fut construite au XIV e siècle et dotée, au XVIe siècle, d'une tour carrée .à destination défensive,
Restaurée au milieu du XIXe s avec percement d’une porte remplaçant le portail sud,  puis laissée a l'état d’ abandon  et délabrée, elle a été récemment restaurée par une association de sauvegarde.
___________________________________

Église Saint-Jean-Baptiste du Mura



Située sur le chemin qui part de Sarran vers le sud pour rejoindre la départementale 37, elle est aujourd’hui  une ruine envahie par la végétation et le lierre qui la recouvre, et menaçant de s'écrouler définitivement.
.  

Datée du XIVe siècle, elle offre cependant une tour-clocher carrée à la base et octogonale à l'étage avec tourelle d'escalier octogonale. Elle offre encore son portail monumental avec bases fasciculées, arc en anse de panier, accolade et pinacles. L'ensemble est ceinturé d'épais contreforts.

___________________________________________